SAINT-GHISLAIN CITY, Dimanche, 28 Juin, 2009
Accueil   |   Articles   |   Statuts  |  Agenda  |   Actions   |  Forum  |   Liens   |   Contact

 
 Fable chinoise : Le mouchoir du mendiant

Un mendiant assoiffé se présenta devant la porte d'une riche maison. La maîtresse de maison ne s'intéressa pas à lui et demanda même à ses domestiques de le renvoyer.

Il y avait une domestique dans cette riche maison qui était très laide. En voyant ce mendiant, elle eut de la peine pour lui. Secrètement, elle lui donna un verre d'eau et quelques restes de nourriture. Après avoir mangé, le mendiant dit à la servante : "Je vous remercie.  Je n'ai rien à vous donner en échange.  Je n'ai que ce mouchoir.  S'il vous plait, prenez le."  La domestique accepta.

Tôt le lendemain matin, la laide servante se lava le visage en utilisant le mouchoir que lui avait donné la veille le mendiant.  Puis, elle alla au salon pour y servir le petit déjeuner.  Quand la maîtresse de maison vit la servante, elle fut si choquée qu'aucun mot ne parvenait à sortir de sa bouche.  La domestique, se sentant bizarre demanda à sa maîtresse : "Y a t-il quelque chose sur mon visage ?" Elle s'essuya a nouveau le visage en utilisant le mouchoir.  Sa maîtresse fut encore plus sous le choc et hurla : "Quel est donc ce mouchoir ?"  D'autres gens de la maison sont venus après avoir entendu le hurlement. Tout le monde était sous le choc.  La domestique emprunta un miroir.  En se regardant dans le miroir, elle fut elle-même choquée.  Elle était devenue une ravissante femme.

La maîtresse de maison soudain compris que le fait de s'essuyer le visage avec ce mouchoir pouvait rendre belle une personne.  Elle attrapa le mouchoir des mains de la servante et l'utilisa. Mais son visage ne changea pas du tout, quelque soit la force qu'elle y mettait pour l'utiliser.  Elle demanda à la servante "Où avez-vous eu ce mouchoir?"  La domestique lui répondit :  "C'est le mendiant qui était venu pour boire un peu d'eau qui me l'a donné."  La maîtresse de maison regretta ses actions et dit :  "J'aurais dû lui donner à boire."  Elle ordonna alors à ses domestiques :  "Ramenez moi tous les mendiants de la ville".
Mois fleuri, mois béni, 
Ami, voici le mois de mai …

Parfois l’anagramme
Est tout un programme 
Et la racine des mots
Ou séquence initiale
Nous donne une couleur
pleine de bonheur
Et très conviviale !
Mai-son, mai –sonnée 
mai-sonnette …. 
Ami, on sent la chaleur,
la chaleur de l’échange
la joie d’être ensemble
en un lieu protégé !
Ami, faisons du mois de mai
un mois de partage
comme en nos demeures
avec nos frères et sœurs,
Ami, au mois de mai
N’oublie pas ceux qui sont
Sans maison, sonnés,
Sans sonnette …
Car même si le soleil est de la fête
Et les fleurs à foison
Certains ont froid au coeur
Et manquent d’attention
Ami, ne soit pas sans compassion …
Claude-Anne  

VOILA L'HIVER...
ce n'est pas un scoop, et pourtant il revient le temps des mal-logés, des SDF, des sans ressources, ils vont encore partager nos trottoirs et chercher notre regard ...
Il revient le temps de ceux qui prennent du temps, de leur temps pour recueillir nourriture et matériel pour améliorer l'ordinaire !
La télé se plaît à dire et reparle des trois millions et demi de gens vivant en France, 100.000 en Belgique, dans un état total de dénuement et logeant dans la rue et personne de dire que c'est honteux pour des pays se disant nantis !
Personne pour dire que ce temps doit cesser et chercher des solutions, il faut que les héritiers de Coluche, de plus en plus préparent des repas,
il faut que les associations se mobilisent plus fort encore.

L'Etat, aux promesses quotidiennes ne se penche pas sur le problème, ou de très loin, il est vrai que les caisses sont supposées vides mais pas pour tout le monde ...  les Sdf, les démunis n'ont pas de parachutes dorés, même pas de parachute d'ailleurs, abandonnés, laissés pour compte, le problème leur retombe dessus,  comme le froid, la pluie,  le vent, la neige,  le gel, ....
Aucune  raison de comprendre, aucun souci de salubrité et hygiène publique,
non, il semble qu'il ne faut jamais que tout aille parfaitement, et l'exception
réside en ces gens qui ne doivent leur peu de salut que de bénévoles civils ...

 
(irlandereve.over-blog.com

Vos commentaires

 

Pour toi, l’inconnu ...
 

La poésie c'est pas barbant
ça met de la couleur aux choses
aux chardons comme aux roses
et tu verras alors,
comme par magie,
pousser des charbons ardents
à la place des roses
c'est ça la poésie
voir autrement les choses,
et si tu te poses
sur la branche de celle-ci
nul doute que tu verras les roses
et les chardons aussi jolis !
c'est ça la poésie ...

Vos commentaires

La maîtresse de maison soudain compris que le fait de s'essuyer le visage avec ce mouchoir pouvait rendre belle une personne.  Elle attrapa le mouchoir des mains de la servante et l'utilisa. Mais son visage ne changea pas du tout, quelque soit la force qu'elle y mettait pour l'utiliser.  Elle demanda à la servante "Où avez-vous eu ce mouchoir?"  La domestique lui répondit :  "C'est le mendiant qui était venu pour boire un peu d'eau qui me l'a donné."  La maîtresse de maison regretta ses actions et dit :  "J'aurais dû lui donner à boire."  Elle ordonna alors à ses domestiques :  "Ramenez moi tous les mendiants de la ville".

Elle invita tous les mendiants de la ville et leur donna à boire et à manger en grande quantité.  Après que les mendiants aient bu et mangé à leur faim, ils partirent avec satisfaction.  La maîtresse cria :  "Qui a un mouchoir ?"  Aucun des mendiants ne lui répondit.  Elle était dans une colère telle, qu'elle attrapa le dernier mendiant et lui demanda :  "Donnez moi votre mouchoir."    Le mendiant n'avait pas d'autre choix que de lui donner un mouchoir tout sale.  Elle le prit et l'utilisa immédiatement pour s'essuyer le visage. Mais plus elle se frottait le visage avec, plus il devenait noir.



Moralité de cette histoire :

Comment une bonne action faite avec égoïsme peut elle être une véritable bonne action ? Une personne ne peut avoir de la compassion dans le coeur en se forçant. La rétribution  est toujours juste, impartiale, sans aucune faveur.

Au chevet de l'hiver, le Renouveau attend
car le balancier du temps
passe immuablement par le printemps !
et après l'hiver laborieux,
toujours le printemps arrive heureux !

Souvent la limitation de nos désirs, de nos espoirs, le dépouillement qui en résulte et le découragement qui le talonne nous paraît un hiver éternel comme si tout restait figé, glacé certes, en apparence et même si l'hiver est plus long et laborieux que d'autres du passé, il mourra de sa belle mort, car le printemps s'impose quoi que vous fassiez ou pensiez,
il vient parfois avec un peu de retard,
pas aussi vite que l'on souhaiterait, mais il vient !!!
Arrive PRIMAVERA !
Quatre syllabes chantantes et joyeuses comme la saison des amours ou le temps des promesses, ou celui de la jeunesse, plein de promesses !

Promesses bourgeonnantes, certaines déjà chatons, mais chaton à joyau ou chaton à zircon, la pâle imitation ?
Là, vous êtes seul l'orfèvre de VOTRE printemps !
 

Soyez l'artisan de vos promesses concrètes, de celles qui fleurissent et embaument le quotidien comme les cerisiers en fleurs.
Soyez le maître d'oeuvre du printemps
de vos bonnes résolutions car si l'hiver entraîne les turbulences, il laisse au printemps des champs d'espérance et à l'été la corne d'abondance !

Claude-Anne    

 
 
 
 
 
 
 
 
L’Avent oui, et puis ...  après ?
Soyons un peu cette lumière durant
ce temps de l¹Avant pour que l¹après
soit chargé d¹espérance !

Le symbole principal de l'Avent est
sans conteste la lumière, ce qui est
bien compréhensible à cette époque
de l'année où le soleil est au plus bas
et les nuits les plus longues.
La lumière, non seulement chasse
l'obscurité mais aussi représente l'espoir
et la lutte contre le mal.
Les jours sombres se remplissent de lumières
... Et chacun de nous peut devenir cette lumière pour celui ou celle dont la vie est obscurcie par une éclipse momentanée .
Inutile d’éclairer jusqu’ aux confins de notre
horizon, cela nécessiterait en plus des jumelles
Mais portons notre lampe juste devant nous,
sur notre palier de voisinage, dans notre rue,
pour mieux voir ce qui nous entoure, tout près, si près, pour se rendre compte de l’importance de l’éclipse chez notre semblable et lui apporter le réconfort nécessaire dans le doute et la peur qui l’assaillent : un geste, un mot, ou une invitation à venir près de votre lampe, chez vous, dans la quiétude de votre maison, pour une tasse de café ou de thé, ce n’est rien, mais à deux ou plusieurs, tout devient plus rayonnant !
Soyons un peu cette lumière durant ce temps
de l’Avent pour que l’après soit chargé d’espérance !

Pourquoi ZenGi ?

Car quand on est démuni
de tout, de joie, d'amis, ...
c' est que la faculté d'espérer
n'est que peau de chagrin,
on ne ressemble à rien,
plus rien d'humain ...
Mais hop, tu vas chez ZenGi,
le havre des démunis
où les oiseaux tombés du nid
peuvent se vêtir
d'espoir pour l'avenir;
il faut simplement toquer
à la porte d'entrée Zengi.be !

Vos commentaires 

 
 
Selon la légende, sur une légère éminence en forme de tombeau (dongus), une ourse (ursi) allaitait ses petits.
 
Menacée par les chasseurs, elle emporta les vêtements de Ghislain, venu défricher la région, et s'abrita dessous. Conduit par un aigle jusqu'à eux, le moine vit là un signe du ciel. Il éleva en ce lieu un humble monastère, et y dispensa ses bons offices...

 

C'était un citoyen ordinaire
Dans une ville ordinaire
Qui portait des oeillères
qui n'entendait rien
surtout pas ses voisins, ...
Ni cris, ni pleurs des bambins,
il avait la conscience tranquille
de ceux qui ne s'occupent de rien.
Il n'était pas méchant ni futile
il ,'était pas curieux, pas un brin,
il était simplement ordinaire:
il était toi, il était moi
il était nous, il était mou
il était lâche et mou!
Il a pleuré comme tout
quand le petit est parti,
emmené dans l'ambulance,
seul, meurtri, en partance
vers un lieu rempli
de gens ordinaires
qui s'en balancent,
comme toi, comme moi
comme nous,  si mous
dans le silence ... de nos indifférences !

Vos commentaires 

L'échiquier du coeur

Quittons notre tour d'ivoire pour nous asseoir sur les cases blanches et noires de l¹échiquier du coeur et avançons, tour à tour pions dévoués, fous enthousiastes, cavaliers téméraires, pour mettre en échec l'égoïsme, l'indifférence, Rois incontestés de notre société.
Avançons à pas de loup, à pas feutrés, à grands pas, pas à pas sur le bel échiquier pour débusquer ces Rois et leur damer le pion, chacun à notre façon .

Jetons uniquement nos mauvaises habitudes, donnons ou échangeons, même si l'on a peu à donner, ne serait­ce que du temps pour écouter, et même le superflu qui, pluriel, devient flux !

Zengi, c'est le printemps de l'amour : fougueux, plein de promesses, mais
encore fragile, et qui atteindra la maturité par nos efforts conjugués tout le temps dans le temps, surtout du futur, de
l'impérarif, loin du conditionnel même s'il est imparfait.

 l'essentiel est de conjuguer et de pouvoir dire à chaque temps : nous atteignons le but doucement mais sûrement car avec Zengi, les Rois seront occis !

Que vous soyez pions, fous, cavaliers, nous vous attendons sur le grand échiquier !

  Vos commentaires ICI 

 

 

 

 

 

L'indifférence qui tue ...
 

Chaque jour, les médias nous informent de violences perpétrées, mais les plus difficiles à comprendre par le citoyen "lambda", c'est-à-dire vous et moi, sont celles qui touchent les enfants, par accident, négligence ou perversités! Les enfants, ces fleurs vivantes qui nécessitent toute notre attention !

Et pourtant ce sont ces mêmes citoyens, soit des gens ordinaires, avec des professions ordinaires,  dans une ville ordinaire, qui sont les auteurs de ces faits extraordinaires et monstrueux, par leur silence, leur passivité, leur indifférence, et leur lâcheté parfois, qui permettent ces faits, ordinairement au nom de la non­délation,  car on confond encore délation et signalement, dénonciation et assistance à personne en danger !

Le citoyen lambda ne pourra pas sauver le monde de ses perversions mais sa vigilance et sa détermination peuvent limiter et abréger bien des souffrances,

 car "l'indifférence" tue aussi sûrement que les violences !

     C - A      

 

 

 

Offrir un coquelicot, c'est beau ...


Enfants, nous cueillions avec excitation les fleurs des champs pour les offrir à notre mère.
Pâquerettes, marguerites, coquelicots mariés
aux tiges de blé ou d'avoine et fleurs de pissenlits formaient des bouquets disparates et colorés, fragiles et forts, comme nos élans spontanés et aimants.
C'étaient des gestes gratuits qui nous remplissaient de JOIE, ... la JOIE d'offrir, de faire plaisir, d'étonner, de surprendre ceux que nous aimions !
Adultes, quel geste faisons-nous aujourd'hui qui soit gratuit ? Nous ne cueillons plus rien de crainte de donner sans retour car tout se monnaye ou le fait croire !
La spontanéité aimante de l'enfance a disparu.
Nous voilà devenus bien souvent des fossiles du geste gratuit et des rapaces du geste payant !
Moi, je cueille les bouchons de champagne et puis aussi des capsules, bien sûr cela fait sourire, mais pas
celui qui, au bout de la chaîne reçoit un fauteuil roulant car des milliers de cueilleurs ont fait de même.

C'est gratuit comme offrir un coquelicot !

Et vous, que cueillez ­ vous ? Qu'offrez-vous?...

  Vos commentaires ICI 


Dernière Edition
Zengi Troc 
Zengi attaque et donne
Actions
Archives
Appel aux bénévoles
Appel aux démunis
 
 
asbl N° 899.593.242


Newsletter :

saint-ghislain.be
 
Votre site ici
 
Sponsorisez notre site

et association

  Votre pub ici

 


Les sans-abri ont besoin
aussi d'amitiés sincères


Lorsque je l'ai aperçu,
Il semblait seul et perdu.
Je me suis approchée,
et j'ai vu sur sa joue
une larme couler ...
Sans savoir quoi faire,
je me suis mise par terre,
j'ai levé son visage,
puis j'ai vu dans ses yeux
défiler des images ...
Pour le réconforter,
J'ai commencé à lui parler
à vouloir lui changer les idées
Je l'ai fait rire un instant.
Pour que de cette épreuve
il sorte gagnant
Et voila que cette aide
et d'autres aussi
qu'on lui a apportées
a fait démarrer
une belle amitié ;-)

Vos commentaires

 

  zen attitude.. toujours !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Pensée Zengi

" Quand il y en a pour un, il y en a pour tous ! Rejoignez-nous ... "

ZenGi 2008 © asbl

 


annuaire gratuit